Health

Lucy, polyhandicapée, interdite de siège avant, sur un vol Vueling

July 17, 2017

Lucy, l’une des filles d’Amarantha Bourgeois, est polyhandicapée. Elle n’a pas de tonus dans les muscles de la colonne vertébrale, et ne peut tenir assise, si elle n’a pas de siège adapté, muni notamment de sangles, qui l’empêchent de glisser. Pour son 18e anniversaire, Amarantha a voulu l’emmener à Barcelone (Espagne), où se trouve une partie de leur famille. « J’ai préparé ce voyage quatre mois à l’avance », raconte-t-elle.
.
.
« J’ai appelé le service client de la compagnie Vueling, pour demander les dimensions des sièges de l’avion que nous prendrions, et faire fabriquer un fauteuil adapté par un orthoprothésiste, pour un coût de 1 200 euros. »

A l’aller, le 2 juillet, tout se passe bien. Deux employés du service aux Personnes à mobilité réduite (PMR), auquel Amarantha a fait appel lors de la réservation de son billet, prennent Lucy en charge dans l’aéroport d’Orly, et la conduisent jusque dans l’avion. Hélas, on constate alors que l’espace situé entre le dossier du siège réservé et le dossier du siège avant est insuffisant. Il ne permet pas de loger le fauteuil adapté.

L’hôtesse de l’air suggère d’installer Lucy au premier rang, où il y a plus d’espace pour les jambes, et où les places sont libres. Elle va chercher le pilote pour lui en demander l’autorisation. Celui-ci la donne. Il autorise même Amarantha à rester à côté de sa fille, sans leur demander de payer de supplément – « supplément dont je me serais acquittée, bien évidemment », précise cette dernière.

Au retour, vendredi 14 juillet, même scénario. Sauf que le pilote refuse que Lucy soit installée au premier rang, où cinq places sur six sont pourtant libres. Il affirme que « cela mettrait en danger la sécurité des autres passagers en cas d’évacuation ». Il cherche à joindre un responsable, mais n’y parvient pas, personne ne répondant. L’avion ayant déjà quinze minutes de retard, il demande à Amarantha et Lucy de débarquer. Amarantha refuse, et quelques passagers solidaires l’encouragent à tenir bon.

Finalement, la seule solution possible pour que l’avion décolle consiste à loger Amarantha et Lucy sur trois sièges situés côte à côte. Amarantha, assise, tient sur ses genoux le corps de Lucy, couchée, pour l’empêcher de glisser. Ce qui n’est pas évident, pendant une heure quinze, car si Lucy ne pèse que 50 kg, « c’est une poupée de chiffon », dit sa mère. Des passagers ont prêté des pulls pour combler les interstices en acier situés entre les sièges, et rendre la situation moins inconfortable pour Lucy. Néanmoins, celle-ci fera trois crises d’épilepsie pendant le voyage.

En outre, la position couchée étant interdite au décollage et à l’atterrissage, Amarantha et un autre passager ont dû tenir Lucy assise… La dame qui se trouvait au premier rang a pris à ses côtés l’autre fille d’Amarantha, âgée de 5 ans, et l’a occupée pendant tout le voyage.

A la sortie de l’avion, le pilote est venu dire à Amarantha qu’il avait fait un rapport, du fait qu’il n’avait pas pu joindre de supérieur hiérarchique. Sur le conseil d’un passager, Amarantha a raconté son histoire sur Facebook.

Elle ne comprend pas pourquoi le service client lui a donné des dimensions qui étaient fausses. Et pourquoi le fait d’installer sa fille à l’avant, autorisé à l’aller, ne l’était pas au retour, sachant qu’en général, ce sont les issues de secours qui doivent être libres d’accès. Elle précise qu’elle ne réclame pas d’argent. Mais qu’elle tient à attirer l’attention du public sur les difficultés que rencontrent les personnes polyhandicapées « au nombre de 50 000 environ en France », lorsqu’elles essaient de voyager.
.
.
.

D’autres articles de Sosconso : Des cuves d’hydrocarbures étaient enterrées sous le garage

ou Elle s’échappe de la clinique psychiatrique et se suicide

ou On ne doit pas stationner devant son entrée de garage

ou Qui paie les employées du défunt ?

ou Le bruit des éoliennes fait annuler la vente

ou Prélever 25 euros pour l’annulation d’un vol est « abusif »

ou La caution invoque une mauvaise référence au code civil pour se défausser

ou L’auxiliaire de vie maltraitait sa patiente

ou Le restaurant kebab ou comment s’en débarrasser

ou On ne peut pas occuper en même temps l’appartement du rez-de-chaussée et le studio du 1er

 ou Quand la pompe à chaleur n’assure pas

ou Elle sous-loue son HLM via Airbnb

ou Un couple interdit de PMA en raison de son âge

ou Le passage par le médiateur ne doit pas faire obstacle à la saisine du juge

ou Une voiture de collection n’est pas une voiture normale

ou Le père qui se radicalise perd son droit de visite

ou Elle révoque un testament qui révoquait le précédent

ou Pas de prescription pour la facture du généalogiste

ou Il achète un faux sur eBay

ou Les squatteurs du 69 rue de Sèvres condamnés à payer 90 000 euros

ou Il détourne 195 000 euros en piratant des box SFR

ou Constat d’accident : il « semblait » à l’arrêt ou il « était » à l’arrêt ?

ou Il demande la francisation de son nom, puis change d’avis

ou Pour ou contre l’ascenseur dans l’immeuble Second Empire ?

ou Elle ne veut pas être enterrée avec sa belle-mère

 

 

 

 

 

Signaler ce contenu comme inapproprié

Source link

You Might Also Like