Tech

Payer en ligne autrement qu’avec sa carte bancaire

March 1, 2017

L’objectif est d’éviter de laisser trace de son numéro de carte pour éviter les fraudes.

Le Monde
|
• Mis à jour le

|

Par

« En France, l’utilisation du dispositif de sécurité 3D Secure (envoi d’un code d’authentification sur le téléphone mobile) est largement répandue, ce qui a mis un frein aux fraudes. »

Utiliser Internet n’a pas que des avantages. En 2015, le montant des fraudes à la carte bancaire a atteint 522,7 millions d’euros, en hausse de 4,4 % sur un an, d’après l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement.

Principaux responsables, les paiements à distance, qui représentent 67 % du montant de la fraude (et seulement 12 % de la valeur des transactions). La plupart des incidents concernent d’ailleurs des transactions réalisées avec des cartes françaises sur des sites ­Internet étrangers.

En effet, en France, l’utilisation du dispositif de sécurité 3D Secure (envoi d’un code d’authentification sur le téléphone mobile) est largement répandue, ce qui a mis un frein aux fraudes. Par ailleurs, la réglementation protège le consommateur. Mais ce type de mésaventure reste pénible. La solution : payer autrement qu’en utilisant sa carte bancaire classique.

Numéro éphémère

Certaines banques proposent ainsi des cartes virtuelles (e-Carte bleue, Payweb Card, Virtualis), dont le numéro est à usage unique. Au moment de régler votre achat, vous vous connectez à ce service, qui génère un numéro éphémère.

« C’est particu­lièrement utile lorsqu’on réalise un achat sur un site que l’on ne connaît pas. Dommage que toutes les banques ne le pro­posent pas », regrette Romain Espinasse, responsable du comparateur de frais bancaires Choisir ma banque. Le service est gratuit dans certains établissements, facturé jusqu’à 19,20 euros ailleurs. A noter, ni le Crédit agricole ni BNP Paribas ne le proposent.

Les fintechs françaises – ces start-up à la croisée des chemins entre finance et technologie –, apportent aussi leur lot de so­lutions alternatives. Ainsi, le Compte-Nickel (20 euros par an) est une véritable carte bancaire qui peut être utilisée pour réaliser des achats en ligne. En cas d’uti­lisation frauduleuse, les dégâts sont limités, car il s’agit d’une carte à autorisation systématique : l’opération est refusée si elle dépasse le solde du compte.

« Les paiements sur Internet représentent 30 % de nos transactions, contre 10 % pour l’ensemble du marché. Pour régler leurs achats en ligne, beaucoup de nos clients préfèrent utiliser leur carte Nickel plutôt que celle de leur banque de réseau », constate Hugues Le Bret, président de Compte-Nickel, qui annonce 380 000 clients.

Un marché en pleine effervescence

A l’international, la PayTop (29,90 euros par an) est une carte prépayée en euros,…

Source link

You Might Also Like